Le mauvais choix.

photo_1412577533

Je vous écris cet article quelques jours après avoir été voir au cinéma La Famille Bélier. J’ai ressenti le besoin de vous écrire tout ça car ce film m’a profondément touchée, et je me suis beaucoup identifiée au personnage de Paula.  Non, je ne suis pas sourde, mes parents non plus, je ne me suis pas non plus découvert à ce que je sache, un talent pour la chanson (même si j’adore chanter).Non ce film m’a émue car l’histoire est plutôt proche de la mienne, du moins l’histoire de Paula. Sans trop vous spoiler le film, Paula Bélier se découvre un talent pour la chanson, encouragée par son prof de chorale qui veut qu’elle intègre une grande école de chant. Mais elle se rend compte que ses parents sont réticents à l’idée que leur fille parte à Paris, et elle décide d’abandonner, puis non, enfin vous verrez en allant voir le film.

Sauf que, je me suis beaucoup retrouvée dans ce film, et dans les choix que Paula a du faire. En effet (et attention, je vous parle ici de quelque chose de personnel, chose rare sur mon blog, profitez en ça sera rare!) juste avant d’entrer au lycée, j’ai fait un choix que je regrette encore maintenant, même si je me suis trouvée une voie qui me plait énormément!  En troisième, je le savais depuis quelques année, je voulais devenir styliste, ce métier me passionnait, j’adorais déjà dessiner, l’art etc…Encouragée par ma prof d’arts plastiques de l’époque, j’y croyais. Elle m’a un jour proposé de faire un BAC arts appliqués dans un établissement à une petite heure de chez moi. Il faudrait que j’aille en internat. Mon père était contre, il préférait que je choisisse une une voie plus générale, ce qui résonnait à l’époque dans ma tête comme un « l’art n’est pas un vrai métier ». Pourtant, ma mère a réussi à le faire changer d’avis. Il était d’accord, les démarches étaient faites, j’avais même été admise dans la section.

plus maevane blog mode beauté lifestyle rêve devenir styliste 1

Et pourtant j’ai reculé.

Car sortir du collège et avoir passé 15 ans avec ses parents, chouchoutés, et passer à une vie en internat, j’ai eu peur et j’ai refusé. Sans trop vraiment réfléchir à ce que cette école aurait pu m’apporter. J’ai juste eu peur de perdre mon confort, mes amies, la peur de l’inconnu.

J’a vécu mon lycée sans soucis, mais toujours avec ce rêve que je pensais toujours réalisable. Puis quand fût l’heure des choix de fin de terminale, et devant mon médiocre bulletin de note, je m’en suis voulue de ce choix. Je voyais les portes devant moi se refermer, et celles des universités noires de monde s’ouvrir. Après un échec en L1 LLCE anglais, il y a eu une lueur d’espoir. Je suis retournée au lycée, entamé un BAC artisanat et métiers d’art option vêtements et accessoires de mode, qui a tout consolidé. J’ai appris à coudre, le bonheur de pouvoir passer du dessin au volume. Mes enseignants étaient derrière moi, je savais que j’étais faire, et douée pour ça. Je gagnais mon premier concours de stylisme, je faisais un stage dans une des meilleurs école d’angleterre, j’étais persuadée que j’y arriverais…mais il faut croire que le monde de la mode ne voulait pas de moi. Des écoles trop chères (pas question de commencer ma vie en devant rembourser un prêt étudiant), des prépas impossibles à intégrer… Je me retrouvais seule avec mes dessins et mes rêves sous le bras. Que je devais abandonner. Il fallait que j’aille me caser quelque part, mais un quelque part où je ne serais pas totalement perdue. Prof d’arts plastiques, pour pouvoir à mon tour un jour, dire à un gamin qui doit croire à ses rêves et faire les bons choix, et de se donner tous les moyens d’y arriver.

Aujourd’hui je n’oublie pas ce rêve d’un jour travailler dans ce domaine que je sais terrible et difficile à pénétrer, on en sait pas de quoi est fait l’avenir, mais en tout cas, écrire dans ce blog est un moyen d’avoir un pied dans  ce monde, mais même si ce n’est qu’un orteil, il ne faut jamais oublier ses passions, et continuer d’y croire…

plus maevane blog mode beauté lifestyle rêve devenir styliste 2

Merci de m’avoir lu, et croyez en vos rêves!  D’ailleurs dites moi quel est votre plus grand rêve!!!!

31 commentaires sur “Le mauvais choix.

  1. J’ai également voulu entre dans ce milieu après la troisième, et comme toi je n’ai pas osé, car le lycée qui proposait cette formation art appliqué craignait énormément alors non, je ne voulais pas en rajouter une couche. Je me retrouve à vouloir etre professeur des écoles, et j’adore ce que je fais, j’adore voir mes bouts de chou le matin, les aider, etc, mais il me manque le côté art, le côté créatif.. Alors je me dis que rien n’est perdu, on peut toujours après (avoir la stabilité de notre métier) essayer de perceverer pour atteindre nos rêves.. on a toute la vie devant nous !
    En tout cas, j’espère que tu obtiendras ce que tu désires 🙂

  2. On s’est déjà rencontréds quelques fois avec des amis en commun et je pense qu’on aurait pu se retrouver dans le même lycée si tu avais n’avais pas reculé. Je pensais aussi devenir styliste, puis décoratrice d’interieur pour au final me retrouver à la fac également. Mais c’est dommage car on s’amusait bien à l’internat pourtant 😉
    J’espère en tout cas que tu trouveras un moyen de se faire entrer le stylisme dans ta vie, de toutes les manières possibles. 🙂
    Bonne continuation !

  3. tu a plus qu’un pied dedans , meme si ton hisoire j’ai du mal a voir le lien car a priori tu ne souffre pas de handicap, mais si tu veut approcher un peu plus je te suggere mon blog !!
    bonne soirée

  4. Ma bichette…
    Ça me fait de la peine de lire ça.
    Mais c’est aussi tellement rempli d’espoir que c’est beau.
    Moi j’ai la chance de vivre mes 2 passions : la boulangerie et la beauté.
    Je suis heureuse.
    Et je voudrais que tout le monde puisse être heureux comme je le suis.
    Toi la première.
    Tu vas y arriver, j’y crois tellement fort.

    Je t’envoie plein de pépites de bonheur, attrape-les <3

  5. Je tenais à laisser un commentaire car j’ai également été très touchée par ce film. Moi non plus je ne connais pas ce handicap là, mais j’ai vécu une expérience similaire à l’héroïne, j’ai été très émue par la chanson « je vole » dans laquelle je me suis reconnue. D’ailleurs mes parents ont versé quelques larmes quand on a été le voir car ils se sont tout autant reconnus, aussi bien dans leur rôle de parents, que dans leur rôle d’enfant il y a pas mal d’années. Mais j’ai également été touchée par ton histoire, car j’avais le même rêve que le tiens, sauf que ça me prenait aux tripes depuis la petite école, je voulais faire du dessin mon métier, puis ne dessiner que des vêtements… J’ai quitté ma petite ville, me suis installée à Paris pour suivre une prépa, pensant que c’était l’introduction à mes futures études de stylistes. Puis je me suis rendue compte que ce monde n’était peut-être pas pour moi, j’ai assez mal vécu cette année là, j’ai un peu divagué par la suite mais je suis toujours restée dans un domaine artistique (d’ailleurs je n’ai jamais envisagé quoique ce soit d’autre qu’une formation artistique).
    Aujourd’hui je suis contente de ce que je fais, même si moi aussi je continue d’y penser assez souvent ! Tout ça pour dire qu’on a tous des rêves, on ne peut pas toujours les réaliser, mais je suis sûre qu’il y a toujours moyen de ne pas trop s’en éloigner 🙂

  6. Un joli témoignage !
    Lorsqu’on était au lycée je n’aurai jamais pensé que tu étais si passionnée par le stylisme. A vrai dire on ne se parlait pas, je n’étais pas des plus malignes a l’époque…
    J’ai aussi fait l’erreur de faire LLCE, je pensais vouloir être prof, j’y croyait. Et malgré mes notes catastrophiques en LLCE je voulais me convaincre que cette voie et cette filière était pour moi. Erreur ! L’important c’est que tu te sentes bien dans tes études et dans tes stages maintenant et que ça te rend heureuse 🙂
    Bonne continuation !

  7. Hello 🙂
    J’ai toujours été attirée par la mode, après mon bac ES, j’ai voulu faire une manaa puis, un bts de mode, puis une école de mode et au final, je me suis retrouvée à faire 5 ans de droit. Aujourd’hui, je me suis réorientée car je sais que le monde juridique n’est pas pour moi et je compte bien travailler dans la mode dans un futur proche. On pourrait dire que moi aussi j’ai fait le mauvais choix… j’ai regrettée d’être allée en fac de droit, d’avoir galéré à apprendre des cours que j n’aimais pas et de ne pas m’être réorientée plus tôt. Finalement, je pense qu’il ne faut pas écouter ses regrets. Du moins, il ne faut pas les laisser nous freiner. Et c’est exactement ce que tu as fait. Certes, tu as eu peur à un moment donné (ça arrive à beaucoup de monde!) mais après, tu as accepté de te lancer dans un autre bac, puis dans le métier de prof pour te rapprocher de ta passion.
    L’important c’est qu’aujourd’hui, tu as une certaine harmonie et que tu te retrouves exactement là où tu devrais être. Si ça se trouve, si tu avais fait ce bac à tes 15 ans, tu aurais essuyé les mêmes refus et tu te serais aussi retrouvée à être prof 🙂 n’aies pas de regret franchement, tu ne sais pas ce que l’avenir te réserve.
    Bises, Eli

  8. J’ai lu tout cet article et je dois avouer que ça m’as beaucoup touchée car moi aussi je me pose énormément de questions sur mon avenir ces temps-ci.
    Je suis actuellement en L3 LLCE Anglais, j’étais en enjambement L2/L3 l’an dernier, j’ai cartonné ma L2 mais j’ai mise de coté ma L3 tout en espérant cartonner celle-ci l’année qui suivait (donc cette année). En ce moment je suis en période de partiels, et je dois t’avouer que je n’ai pas du tout cartonné… loin de là, certaines matières me plaisent, d’autres moins… Je n’arrive plus à m’investir autant qu’avant, surtout que je travaille en tant que serveuse dans un restaurant à côté avec des allers-retours d’une demi-heure x2 tous les jours pour me rendre à Reims, puisque j’habite toujours avec mon père.
    Désormais, mon rêve est tout d’abord d’obtenir ma licence LLCE en Juin 2015 pour ensuite peut-être faire un master dans l’enseignement…

    Mais je dois t’avouer que de rester chez mon père, de ne pas avoir de salaire stable et assez conséquent pour me prendre un appart… ça me donne pas vraiment envie de continuer les études, même si mes profs et mes amis me poussent. Par ailleurs, je parle anglais (correctement on va dire, j’suis pas non plus bilingue)… et pourtant je n’ai jamais eu l’occasion de partir en Angleterre… J’ai envie d’avoir un bon salaire, un appart, pouvoir partir… Mais malheureusement on sait bien que juste avec ma licence, je trouverais pas un métier susceptible de me plaire à fond.

    Voilà.
    J’ai trouvé ton article très sympa, on apprend davantage à te connaitre et je trouve ça important de parler aussi de soi sur un blog.

    Bisous ma jolie ! <3

    1. Je te souhaite de réussir, je suis sure qu’il faut que tu t’accroches!! et je te souhaite de pouvoir partir en angleterre, je l’ai fait 1 mois ce fut la plus belle experience de toute ma vie! bisous!

  9. Ne laisse jamais complètement tomber, il faut toujours vivre sa passion par un moyen, même si l’on ne peut pas en faire son métier, et un jour pourrait se produire quelque chose d’incroyable aussi. En tout cas, c’est génial que tu aies trouvé ta voie 🙂
    Personnellement, je voulais entrer en école de comédie musicale en sortant du BAC L option arts – danse, et j’ai pris peur, peur du faire que je ne voulais pas être prof, non, je voulais être dans un spectacle. C’est difficile, il faut beaucoup de chance et de l’argent, évidemment. J’ai donc mis cela de côté et fait mes études dans d’autres domaines qui me plaisaient beaucoup : les langues étrangères (y compris la langue des signes d’ailleurs ;p) et le web.
    Mais je n’ai jamais laissé ma passion, je suis rentrée dans une troupe de comédies musicales en 2007, pendant le lycée, et je n’ai jamais lâché, j’ai beaucoup appris et je suis ravie de cette partie de ma vie. Je m’investie beaucoup dans cette troupe et je regrette seulement de ne pas pouvoir en faire mon métier.
    Je te souhaite de t’épanouir dans ton futur métier, mais aussi dans ta passion, à côté.
    Ne jamais rien laisser, c’est important.

  10. Coucou,
    pour une fois je parle en tant que moi plus qu’une lectrice parmi tant d’autres… ça me fait tout bizarre. je connais ta situation (je n’ai pas vu le film La Famille Bélier par contre) mais je m’identifie complètement dans tes mots car j’ai un peu la même histoire. Devenir styliste ça a toujours été mon rêve… depuis que je tiens un crayon je dessine, et je pense être assez talentueuse dans un sens car je n’ai jamais pris de cours mais je me débrouille bien. Seulement en arrivant au lycée j’avais envie de faire plaisir à ma mère en faisant un bac général, je le voyais dans ses yeux, dans ses mots, si je faisais un bac pro -même si j’aurais du- elle m’aurait sûrement regardé autrement… pas comme si je me dirigeais vers la voie qu’elle voulait pour moi… J’ai fait de l’Art Plastique quand même au lycée… puis j’ai fait de l’économie même si ça ne m’intéressait pas. et quand enfin ! j’ai pu touché du bout du doigt la possibilité de faire de mon rêve une réalité en intégrant une école de mode, j’ai changé de voie… j’ai continué l’économie à la fac en disant « bah ! 3 ans pour faire une licence c’est rien ! je peux toujours allé en école après… » seulement, même si mes parents en ont les moyens… je me retrouve à faire quelques choses que je n’aime pas. je dessine sans plus avoir cette passion. l’envie est toujours là mais je me dis « j’aurais 21 ans… je vais me retrouver projeter dans des classes avec des petits jeunes, tout droit sorti de MANAA, et avec un regard différent… j’y arriverais pas »… mais j’ai tellement peur de faire une bêtise en reculant. une grosse bourde. mais ça s’appelle chercher la sécurité. on a peur alors on recule… en se disant qu’on aura toujours une chance plus tard…
    mais on a pas toujours une chance, plus tard.
    merci d’avoir partagé ça avec nous, c’est touchant de ne pas se sentir seule à devoir faire face à certaines choses…
    mais sache une chose : une passion reste toujours là, un job, c’est juste un job. qui te dit que dans quelques années tu ne créeras pas ta propre collection et la lancera sans l’aide de personne et que cela ne cartonnera pas ? tout est possible 🙂 et là tu seras styliste, même pas besoin de sortir d’une grande école 😉
    bisous bisous Aïda

  11. Bonsoir Maevane,
    J’ai lu ton article qui est plein de bonne volonté. Je suis émue et surtout peiné pour tout.
    Cependant, tu as raison. Il ne faut pas abandonné, il faut persévéré, et de ne pas perdre de vue tes rêves.
    Tu es jeune. Et tout n’est peut-être pas perdu!
    Nous voyons de plus en plus de gens qui ont eu des problèmes d’orientations, ou, qui se sont ré-orientés.
    Tu seras peut-être d’abord Prof d’Art, et ce n’est pas ce que tu espérais. Mais cela te plaira peut-être plus que tu ne crois. N’abandonne pas ton blog (même si je sais que tu n’en as pas le projet). Cela peut également t’ouvrir de nombreuses portes. Puis, il y a des blogueuses qui ont très bien réussi dans la vie grâce à son blog.
    Puis, un jour, une occasion se présentera. Cela peut changer ta vie.
    Alors, n’abandonne pas. Même si c’est difficile. N’abandonne pas.
    Bonne année, et bise!
    Valentine

  12. Ton article est très touchant et je comprends la difficulté qu’on peut avoir à délivrer ses sentiments de cette manière.
    Je suis également en faculté d’arts plastiques et nos chemins se sont croisés. J’aime ça depuis toute petite et le désir de toujours vouloir aller plus loin m’habite… J’aurais vraiment aimé intégrer une école pour aller encore plus loin mais comme tu le dis, tout à un prix et me lancer dans un prêt étudiant sans garantie ne me tente pas du tout.
    Du moins je ne perds pas l’espoir de réussir un jour alors ne baisse pas les bras ! Courage !

  13. Je comprends vraiment cet article puisque pendant plusieurs années j’ai souhaité vivre de la photo, que je pensais être ce qui me correspondait parfaitement. J’ai vraiment eu du mal, puis quand j’ai un peu terminé de galérer et commencé à en vivre (légèrement), à Paris, je me suis rendu compte que le milieu ne me correspondait finalement pas du tout, et je me suis vraiment écouté. Je voulais faire un truc ‘stylé’, mais pas en accord avec mes envies réelles.

    Juste pour dire que parfois on a des envies de trucs de folie (être styliste à Londres, photographe à Paris, etc), alors qu’au final quand on les vit réellement on se rend compte que ce n’est pas pour nous :/ Je ne dis pas que ça aurait été ton cas ! Et comme tu dis avec ce blog tu as déjà un pied dedans.

    En tous cas très bel article, ça change 🙂

    Bisous !

    1. oh merci guillaume! je ne savais pas que tu avais été photographe à paris! j’espere qu’on aura la possibilité de parler de ça un de ces jours! en tout cas merci, pour ton commentaire, d’avoir partager ton experience, ca me touche! ravie que j’article t’ai plu!

  14. Ton texte est très personnel, très mature et il véhicule un très beau message! Croire en ses rêves est essentiel, même si le chemin pour y arriver est difficile, il ne faut rien lâcher. Je suis contente d’avoir pu te lire, et de te connaitre un petit peu plus 🙂 Puis tu sais, avec ce blog, je trouve que tu as déjà réalisé une partie de ton rêve, tu peux être fière de cet espace, et c’est déjà un grand début 🙂
    Bisous.

  15. Tu as raison de garder ton rêve dans un coin de ta tête…
    Tu sais pour être stylise en réalité, pas besoin de diplôme, mais d’un book pertinent et original pour se faire engager… je le sais, car je suis styliste modéliste, enfin c’est assez nouveau car j’ai eu mon diplôme il n’y a pas si longtemps. Et aux entretiens, je peux te dire que seul le contact et le book compte, ton école ou pas n’a que peu d’importance…
    Ne désespères pas ! Tu as l’air d’avoir du talent, tu peux peut-être concevoir tes propres vêtements pour commencer et les commercialiser sur Etsy, ou passer quelques entretiens tout de même 🙂
    Bonne Année, que tes rêves se réalisent <3

    http://wild-child.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *